Il est maintenant temps de se remuer

Le vote à la Présidentielle et l’état de grâce sont maintenant derrière nous. Le gouvernement a commencé à mettre en place l’orientation politique définie par le candidat élu. Il est donc temps de comprendre la situation et de bouger car l’optimisme ambiant pourrait ne pas durer.

Le paysage politique dispose d’une majorité nouvelle sans une grande expérience et l’opposition pouvant constituer une force d’alternance ne se dessine pas réellement.

 Sur le plan économique, le taux de chômage diminue porté par une bonne croissance mondiale et surtout européenne mais la compétitivité ne se redresse pas et le déficit commercial de la France s’est encore creusé. Sur douze mois, le déficit cumulé de la France a atteint 62,6 milliards d’euros, contre 48,2 milliards en 2016, malgré le regain de croissance.

La réforme fiscale et sociale avec la hausse de la CSG de 1,7 point, la suppression de la cotisation salariale maladie de 0,75 %, la réduction de la cotisation salariale d’assurance chômage de 2,4% à 0,95% ne fait pas que des heureux, notamment parmi les retraités.  La mise en place du prélèvement forfaitaire unique de 30% va alléger la fiscalité sur le capital mais sans apporter l’assurance d’un meilleur financement de l’économie, tout du moins à court terme et l’IFI ne va pas favoriser l’investissement dans l’immobilier. Les ordonnances modifiant le code du travail sont bien passées dans l’opinion, elles devraient permettre un meilleur fonctionnement du marché du travail.

Il serait temps maintenant que les choses s’accélèrent car si notre pays veut rattraper l’Allemagne sur le plan économique et sortir de l’ornière, il faudra faire preuve de compétitivité. Pour cela des remèdes plus sévères devraient être mis en place et pourquoi pas une TVA sociale qui pourrait améliorer la compétitivité et surtout sortir notre pays de l’endettement qui va devenir crucial avec la hausse des taux d’intérêts.

 

Laisser un commentaire