• Accueil
  • > Non classé
  • > Primaires de la gauche : Des propositions à l’opposé des règles économiques

Primaires de la gauche : Des propositions à l’opposé des règles économiques

 

Les débats bien organisés ont d’abord montré que les candidats avaient avant tout un but, celui de rassembler et de faire gagner la gauche. En clair, pas de vague et pas de dispute.

Cela semble logique quand plusieurs candidats n’ont pas souhaité participer à ces primaires pour se présenter eux-mêmes directement à l’élection présidentielle.

D’un mot les candidats, qui ont tous soutenu François Hollande et dont 5 ont été ses ministres, ont une opinion négative  des 5 ans de gouvernement socialiste.

Par contre, quand il s’agit de parler de gagner  l’élection présidentielle,  les candidats s’animent et ont les idées claires en proposant le rassemblement.

Mais ce n’est pas le plus étonnant. Ce qui surprend ce sont les propositions des candidats à l’opposé des réformes nécessaires au redressement de notre pays.

A les écouter on a l’impression que les candidats manquent de réalisme au regard du problème de l’emploi. Ils proposent  des solutions qui ne sont qu’une alternative au chômage, à savoir donner de l’argent mais pas d’emploi.

En effet comment peut-on proposer un revenu universel qui prévoit de donner une rémunération à vie à tous les français pour un coût qui pourrait atteindre entre 300 et 500 Milliards d’euros ?

D’abord c’est un formidable aveu d’échec face au chômage et à la pauvreté alors que d’autres pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis sont pratiquement au plein emploi. Mais aussi un message contre-productif pour ceux qui pensent que pour vivre il est nécessaire de travailler.

Ensuite comment un tel montant, supérieur au budget de l’état,  pourrait-il être financé ?

Peut-être en ruinant les personnes les plus riches et les classes moyennes, ce qui  les ferait fuir avant même la mise en place du système. Dans un monde mondialisé comme aujourd’hui tout est possible.

Comment peut-on également proposer une sécurité sociale universelle alors que le budget de la sécurité sociale est déficitaire depuis plus de 10 ans, nécessitant un financement par une augmentation de la dette.

Face à ces avancées irréalistes, les candidats qui mettent en avant le travail plutôt que l’assistanat paraissent les plus crédibles, bien qu’ils ne font eux-mêmes  aucune proposition réelle pour changer de cap, retrouver la croissance et le plein emploi.

Laisser un commentaire