Echec et mat pour François Hollande

Depuis plusieurs années, c’est au sein même de sa famille que François Hollande a vu le quitter ses électeurs, ses soutiens, ses élus et même ses ministres. C’est d’ailleurs le premier d’entre eux qui a porté  le coup de grâce ces derniers jours.

L’annonce officielle du renoncement, qui a préservé le suspens  jusqu’à l’épilogue, a été pathétique.

Bien préparée, l’intervention, en reprenant tout d’abord les succès du quinquennat, les  dangers des programmes des autres candidats de droite et d’extrême droite puis en faisant  valoir le sacrifice du Président pour éviter la dispersion  du parti socialiste et pour préserver l’intérêt supérieur de la France, s’est achevée  par la décision du Président de ne pas  se représenter à l’élection présidentielle.

Tout ceci  en escamotant l’échec d’un manque de stature présidentielle, des politiques sociétales et économiques contestées et bien moins efficaces dans les résultats, notamment dans la baisse du chômage et la stabilisation de la dette, que celles mises en place dans les autres pays Européens.

Aujourd’hui les commentateurs,  qui  crient haut et fort « le roi est mort, vive le roi », mettent en avant la candidature prochaine du Premier ministre qui lui-même souhaite reprendre le flambeau de la défense du quinquennat.

Bon courage !  Il va y avoir du spectacle !

Laisser un commentaire